Le château de Chambord

À Chambord, vous découvrirez un lieu idéal, fait d’harmonie et de modernité.

En 2019, ont été célébrés les 500 ans d’un monument qui suscite toujours admiration et fascination à travers le monde entier. Placé sur la première liste des Monuments historiques en France en 1840, patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981, Chambord est l’une des plus stupéfiantes constructions de la Renaissance. Loin d’être un palais résidentiel ou encore un relais de chasse, Chambord incarne une véritable utopie : c’est une oeuvre d’art géniale qui n’a pas fini de révéler tous ses secrets. L’utopie fut le mot d’ordre des 500 ans et l’esprit même de la Renaissance. À Chambord, vous découvrirez un lieu idéal, fait d’harmonie et de modernité. Car conserver le patrimoine de l’humanité, ce n’est pas une attitude figée, mais bien au contraire, une perpétuelle remise en question pour le rendre sensible au public le plus large. Ainsi, chaque année, de nouveaux aménagements et projets sont présentés aux visiteurs et une riche programmation d’événements culturels ponctue les saisons.

Visiter Chambord, c’est accéder à un monde à part, empli de mystère, qui ouvre les portes du génie

Dès le franchissement du mur d’enceinte, long de 32 kilomètres, alors qu’on pénètre au coeur d’un monde à part, jusqu’au moment où l’on se retrouve face à l’architecture de génie imaginée par François Ier et l’artiste inspirateur Léonard de Vinci, c’est une impression incomparable qui saisit le visiteur. Ensuite, chacun est amené à composer son parcours sur l’ensemble du domaine, depuis la place Saint-Louis jusqu’aux terrasses du château, en passant par le logis royal, les cuisines du XVIIIe siècle, les vignes de l’Ormetrou, les Jardins-potagers en permaculture, les écuries du Maréchal de Saxe, les jardins à la française ou encore la Grande promenade !

500 ans d’histoire

1519. Un palais surgit au coeur des terres marécageuses de Sologne. François Ier, tout jeune roi, en ordonne la construction. C’est une oeuvre architecturale monumentale que le roi se plaît à montrer aux souverains et ambassadeurs comme un symbole
de son pouvoir, inscrit dans la pierre. Le plan du château et ses décors ont été conçus autour d’un axe central : le fameux escalier à double révolution, inspiré par Léonard de Vinci, spirale ascendante qui mène à partir des terrasses au foisonnement des cheminées et chapiteaux sculptés.

Au loin, sa silhouette est aussitôt reconnaissable : l’édifice, inscrit dans une plaine aménagée de jardins et de parterres, de petites maisons et de routes, perdu au coeur de bois environnants, impressionne avec ses toitures peuplées de cheminées, lucarnes, tourelles. Aujourd’hui, il ressemble à l’image du château de la Belle au bois dormant. À la Renaissance, il répondait à l’idée que l’on se faisait du palais idéalisé véhiculée par les romans de chevalerie en vogue, tel l’Amadis de Gaule (1508). Il y a quelque chose de troublant dans cette image, à la fois géométrique et raisonnée, foisonnante et fantasque, massive et aérienne.

Le château de Chambord abrite une riche collection de peinture, de tapisseries, de mobilier et d’objets d’art.  60 pièces sont en visite libre et une collection de 4 500 objets d’art à découvrir dans des appartements superbement remeublés.