Le vignoble de Chambord

Le projet viticole de Chambord est un projet historique, patrimonial, écologique et économique.

Un vignoble historique

Le projet viticole de Chambord est un projet historique. Les archives attestent la présence de vignes à Chambord au moins depuis la période médiévale (les fermes et communautés religieuses préexistent à la construction du monument actuel).

En 1518, François Ier entreprend la construction de Chambord. La même année, une ordonnance royale nous apprend qu’il a fait venir, en Val de Loire depuis Beaune en Bourgogne, 80 000 pieds de vigne du cépage réputé être à l’origine du cépage Romorantin.

C’est cette vigne qui fut notamment replantée à Chambord dès 2015, dans la perspective de la célébration des 500 ans du domaine en 2019. Un bloc de quatorze hectares a été planté à quelques kilomètres du monument, au lieu-dit de l’Ormetrou, dans une démarche agricole écoresponsable.

 

Vignoble de Chambord ©Leonard de Serres

Les premières mentions de vignes à Chambord

Un certain nombre de documents atteste la présence de vignes dans le parc de Chambord au XVe siècle. Ces
pièces de vignes, de superficie réduite, constituent une dépendance des maisons et petites exploitations.

On retrouve encore quelques mentions de clos de vignes en 1547 à l’occasion de la visite des fermes du parc par des officiers du roi Henri II.

En tout état de cause, la vigne fait partie des paysages et des activités agricoles traditionnelles du domaine de Chambord ; elle renvoie à une viticulture populaire, destinée à une consommation domestique.

Une exploitation viticole à la fin du XVIIIème siècle

Quelques années après la suppression de la capitainerie royale des chasses de Chambord (1777), la destination du parc pose question. Un mémoire est rédigé par des physiocrates pour définir les contours de sa mise en valeur et de sa rentabilisation.

Il est proposé de planter une soixantaine d’arpents de vignes sur « un coteau aride et exposé au midi qui est vis-à-vis le château » – vraisemblablement la plaine de l’Ormetrou.

Cette visée fut en partie concrétisée en 1787 avec la plantation de dix arpents de pieds francs d’auvernat blanc et rouge (pinot) sur le site de l’Ormetrou. Ce clos de vignes apparaît sur plusieurs cartes et plans de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle.

Il apparaît encore dans un inventaire du parc de Chambord dressé en 1817, où il occupe toujours une superficie de cinq hectares. C’est à l’emplacement de cette ancienne exploitation qu’a été plantée à partir de 2015 la nouvelle vigne de Chambord.

 

 

Plan du parc de Chambord au 18ème siècle

Le vignoble de Chambord aujourd'hui

La production viticole

Le vignoble a été planté selon une exposition nord-sud. Le terroir est à dominante sableuse, mélangée en sous-sol à de l’argile.

Les vins de Chambord sont produits en agriculture éco- certifiée biologique. Le raisin est vendangé chaque année à la main en partie par des bénévoles, dont les agents de Chambord.

Chambord s’est doté d’une véritable exploitation viticole. Les raisins y sont récoltés et vinifiés. Les premières vendanges à Chambord ont été réalisées en septembre 2018 sur quatre hectares.

Les dernières vendanges

Les vendanges de l’année 2023 ont été exceptionnelles !

Durant quinze jours en septembre, elles ont permis de récolter le Sauvignon, le Romorantin, le Gamay, le Pinot noir et l’Orbois. C’est une très belle récolte qui laisse espérer un beau millésime 2023.

Les vignes ont été épargnées par la grêle et ont connu de belles journées ensoleillées, accompagnées par des températures douces.

 

Nouveauté cuvée 2022 : Le vin rouge Château de Chambord vieilli en fût de chêne.

Depuis cinq ans, le Domaine national de Chambord confectionne des fûts à partir de chênes issus de son parc forestier. Ces fûts sont commercialisés auprès de producteurs de vins et de spiritueux. Pour la première fois en 2022, le vin rouge Château de Chambord a été vieilli en fût de chêne de Chambord. Cette expérience a été conduite avec 22 tonneaux et fut très concluante.

Le nombre d’hectolitres vieillis en fût augmente en 2023 grâce à 30 tonneaux supplémentaires.

Les cépages

Cinq cépages ont été plantés au fur et à mesure depuis 2015 jusqu’en 2019 sur plus de quatorze hectares.

Quatre hectares de romorantin issus d’une vigne pré-phylloxérique,
Quatre hectares de pinot noir,
Trois hectares de sauvignon,
Deux hectares d’orbois,
Un hectare de gamay.

À terme, les vins produits seront constitués d’un rouge correspondant à un assemblage de pinot noir et de gamay (84% pinot noir et 16% gamay, conformément au cahier des charges « AOP Cheverny »), d’un blanc constitué du « cépage orbois » assemblé avec la surface plantée en « cépage sauvignon » (60% sauvignon et 40% orbois, conformément au cahier des charges « AOP Cheverny ») et d’un vin blanc pur, produit à partir du cépage historique appelé désormais le romorantin.

Les vins du domaine de Chambord

Les vins de Chambord sont produits en agriculture éco-certifiée biologique, sans apport de levures artificielles.

En 2023, nous proposons quatre vins à la vente. Vins du château de Chambord

• Vin rouge, Château de Chambord, AOC « Cheverny » : assemblage 16% de Gamay et 84% de Pinot noir.

La couleur est très prononcée et ses arômes sont principalement proches des fruits noirs : mûres, cerises,cassis. La bouche est pleine, alliant densité, complexité et finesse du Pinot noir.

• Vin rouge, Château de Chambord, AOC « Cheverny », élevé en fût de chêne : assemblage 16% de Gamay et 84% de Pinot noir.

Le vin rouge du château de Chambord élevé en fut de chêne est plus rond et plus souple. Il contient davantage d’arômes qu’un vin élevé en cuve inox.
À la robe rubis aux reflets brique, il révèle des arômes de fruits rouges des sous-bois et de café. Son caractère est légèrement tannique.

Pour la première fois cette année, le vin rouge Château de Chambord a été vieilli en fût de chêne de Chambord.

• Vin blanc, Château de Chambord, AOC « Cheverny » : assemblage 40% Orbois et 60% Sauvignon.

L’éventail des arômes de ce Sauvignon est large, c’est un feu d’artifice avec un nez délicatement fumé et fruité, où l’on ressent particulièrement les fleurs blanches, le citron, l’ananas, mais surtout sans aucune nuance végétale qui est souvent la caractéristique de ce cépage.

• Vin blanc, Domaine national de Chambord, IGP : mono-cépage, 100% de Romorantin.

Ceps issus par bouturage d’une vigne pré-phylloxérique. Le fringant Romorantin ne cède en rien à l’élégance et à la complexité. Un vin d’exception, élégant, vif, avec des notes de citron, de coing, de tilleul et de fleurs.

Nouveau
Recevez les dernières actualités du Domaine national de Chambord