Axes de développement

Malgré la crise sanitaire, les chantiers se poursuivent à Chambord et on y envisage l’avenir avec confiance.
Quatre axes de développement structurent l’action.

« Avec ses 500 ans d’existence, Chambord incarne le tourisme de demain, un tourisme avant tout durable.
Nous avons besoin des visiteurs ; c’est leur présence qui permet au patrimoine de vivre. »
Jean d’Haussonville, directeur général du Domaine national de Chambord.

Chambord durable

Depuis plusieurs années, Chambord s’est engagé dans la conservation d’espèces traditionnelles (abeille noire de Sologne, brebis de Sologne) et dans des actions de développement durable (éco-pâturage dans les prairies, fauchage raisonné, etc.).

Les visiteurs sont désormais incités à être «locavores » durant leur journée de visite. Les produits des récoltes sont commercialisés via un circuit court, dont les premiers bénéficiaires sont les visiteurs qui peuvent acheter des légumes ou les déguster sur place dans les restaurants du domaine. Ils sont incités à repartir avec un souvenir original et durable : un panier de légumes ou une bouteille du vin biologique du domaine.

A son échelle, le Domaine national de Chambord souhaite jouer un rôle dans la prise de conscience de l’urgence de la transition écologique et proposer une nouvelle expérience de tourisme durable en plaçant le visiteur au centre de la démarche. L’incomparable biodiversité qui règne à Chambord est propice à d’importants programmes de recherche et développement durable sur des sujets aussi divers que la séquestration du carbone ou l’évolution des espèces

Chambord éducatif

Témoin de la richesse patrimoniale d’une époque, lieu privilégié où architecture et nature composent ensemble, Chambord sollicite à chaque instant la perception sensible du jeune public.

Dans ses réflexions sont intégrés les enjeux de transmission des savoirs et la sensibilisation à la préservation des équilibres environnementaux. Nombre d’animations et ateliers autour du patrimoine naturel et architectural en lien avec une programmation d’EAC (Education Artistique et Culturelle) sont ainsi proposés. La richesse du site autorise des thèmes de travail multiples, qui facilitent la mise en œuvre de projets pluridisciplinaires et permet à tous les publics de questionner le patrimoine dans des démarches actives.

Dans ce lieu si singulier où tout est objet d’apprentissage et de découverte, l’avenir et le passé tissent des liens. C’est un espace patrimonial unique où les jeunes se confrontent au temps et à l’espace, qui peut contribuer à donner une ampleur particulière à leur parcours artistique et culturel.

Chambord social

Chambord est une entreprise à part entière, qui emploie 200 agents à temps plein. Parmi eux, 32 métiers sont représentés avec une très grande diversité de compétences et de formations. Chaque année, plus de dix apprentis et une cinquantaine de stagiaires sont accueillis. Chambord a l’ambition d’être un lieu qui révèle les vocations professionnelles, en particulier chez les jeunes en alternance, en stage ou en contrat de professionnalisation.

Plus récemment, un volet social a été ajouté à la politique de formation : une clause d’insertion est désormais incluse dans les marchés publics de restauration. Ainsi, un chantier entièrement dédié à l’insertion et la qualification professionnelle a débuté le 27 janvier 2020 pour la restauration du mur d’enceinte de Chambord, long de 32 kilomètres.

L’enjeu est double, il s’agit à la fois de permettre à des personnes demandeuses d’emploi de travailler sur un chantier valorisant mais aussi de transmettre des gestes et savoir-faire propres à la restauration du bâti historique. Les personnes sélectionnées
pour travailler sont pour la plupart des jeunes en recherche d’emploi désireux de se former aux métiers du patrimoine, des personnes au chômage ou des réfugiés politiques.

Chambord agricole

Dès sa conception, il y a 500 ans, Chambord est pensé comme un ensemble : un palais fut construit au sein d’un immense espace naturel travaillé par l’homme durant des siècles. Jusqu’au XIXème siècle, de nombreuses fermes étaient d’ailleurs en activité dans le domaine.

Aujourd’hui, l’ambition est de renouer avec cette vocation agricole et refaire de Chambord un domaine vivrier et nourricier notamment au travers de la plantation de vignes biologiques et la création de jardins-potagers. En 2015, 14 hectares de vignes sont replantés selon une exposition nord-sud à moins de deux kilomètres du château, au lieu-dit « l’Ormetrou ».

Le terroir est à dominante sableuse, mélangé en sous-sol à de l’argile. En 2019, le projet de maraîchage bio-intensif débute dans
les écuries du maréchal de Saxe, au pied du monument. Ce premier potager, est suivi en 2020, par une extension de cinq hectares et demi. A terme, l’objectif est de constituer une ferme diversifiée conduite en agroforesterie avec maraîchage, arboriculture et élevage.

Jusqu'au 28 août !
Découvrez Chambord en 360°, comme vous ne l'avez jamais vu !