Georges Pompidou et l’art, une aventure du regard

Le château de Chambord, joyau de la Renaissance et l’un des plus majestueux monuments français, accueille, dans le cadre de sa programmation culturelle de nombreuses expositions.

Georges Pompidou et l’art, une aventure du regard

Du 18 juin au 19 novembre 2017

Un anniversaire partagé

Cette année, le Centre Pompidou fêtait ses 40 ans partout en France. Pour partager cette célébration avec le plus large public, il proposait, en partenariat avec 40 lieux, un programme inédit d’expositions, de prêts exceptionnels, de manifestations et d’événements pendant toute l’année. Le Domaine national de Chambord avait souhaité s’associer à cet anniversaire en proposant une exposition consacrée à la figure qui lie étroitement Chambord et le Centre Pompidou, à savoir Georges Pompidou lui-même, qui fut à l’origine de la création du Centre et vint à maintes reprises dans un château qui conjuguait son amour de l’architecture et sa pratique de la chasse. Ce n’était cependant pas à la figure historique ou politique que s’attachait l’exposition, mais à son engagement pour l’art de son temps.

                    40 ans du centre Pompidou

 

Un œil exceptionnel

De l’achat de La Femme 100 têtes de Max Ernst en 1930 à celui d’un portrait de Jacques Villon quelques jours avant sa mort en 1974, Georges Pompidou a en effet passionnément regardé, collectionné et accroché chez lui, puis à Matignon et à l’Elysée, les grands artistes modernes, mais également ceux des avant-gardes des années 50 à 70.

Reprenant les choix opérés par l’ancien Président de la République, l’exposition rassemblait les artistes présents dans sa collection ou mis à l’honneur dans les lieux de pouvoir, selon un véritable précipité de trois décennies de peinture française. Elle montrait la pertinence, et parfois l’audace, de l’œil de Pompidou, dont la diversité et la liberté sont d’autant plus manifestes aujourd’hui. C’étaient ainsi plus de 90 œuvres (tableaux, dessins, sculptures), dont le fameux salon Paulin de l’Elysée, qui étaient montrées sous les voûtes à caissons de Chambord. Tirées des collections du Centre Pompidou et de prêteurs privés, dont celle d’Alain Pompidou, ces pièces très rarement vues formaient un ensemble exceptionnel, faisant de cette exposition la plus importante jamais réalisée à Chambord.

 

Principes d’accrochage

Plusieurs principes avaient présidé au choix des œuvres. Sans pour autant prétendre à une exhaustivité presque impossible à atteindre, et sans doute un peu vaine, nous avions tenu à ne présenter que des artistes dont les liens avec Georges Pompidou étaient avérés. Sans nous en tenir cependant aux œuvres présentes dans sa collection privée, nous avions élargi notre choix à celles qui avaient été choisies par le Président (et par son épouse Claude) pour être présentées à Matignon puis à l’Elysée, selon l’idée que ces artistes avaient autant de valeur à ses yeux que ceux qu’il avait collectionnés, et qu’ils étaient parfois absents de la collection uniquement en raison de leur valeur marchande trop élevée. Ce choix permit ainsi de mieux rendre justice à la diversité des goûts de Georges Pompidou, tout en assurant la réalité du lien entre lui et tel ou tel artiste.

Toutefois, il nous était apparu que cette diversité devait, dans l’espace d’exposition, être présentée de manière rationnelle, en suivant des principes esthétiques répondant à des regroupements homogènes, afin de souligner une coexistence, et non un désordre : Pompidou pouvait aimer à la fois des artistes de la nouvelle figuration et des abstraits d’avant-guerre, des cinétiques aussi bien que des nouveaux réalistes, en assumant une subjectivité consciente d’elle-même. L’exposition se développait sur 700 m² répartissant les œuvres en 5 sections : Maîtres modernes (d’une petite huile de La Fresnaye de 1911 à des artistes de l’immédiat après-guerre) ; Abstractions ; Nouveau réalisme ; Art cinétique ; Figurations. À ces espaces s’ajoutait un cabinet de dessins qui regroupait, en revanche, des artistes et des esthétiques très divers sur un même médium.

 

Artistes présentés

Dans 6 grandes salles et 3 cabinets, les visiteurs pouvaient croiser notamment Adami, Agam, Buffet, S.Delaunay, Fautrier, Fontana, Giacometti, Hartung, Kandinsky, Klein, Kupka, Matta, Michaux, Raysse, Soto, Soulages, Vasarely, B. van Velde, Vieira Da Silva, Villeglé, etc.

 

Le catalogue d’exposition, toujours disponible à la boutique du château, est publié par le domaine national de Chambord.

 

Sélection d'images libres de droit

Faites l'expérience d'une journée à Chambord !

Venez passer une journée à Chambord et venez profiter pleinement des différentes activités qu’offre le domaine. Offre comprenant une entrée château et jardins + location d’un Histopad + billet spectacle de chevaux-rapaces + réduction sur une activité de loisirs.
Offre à tarif préférentiel à 28 euros au lieu de 34 euros.

Mesures de sûreté «VIGIPIRATE»

A la suite des attentats survenus en France en 2015 et 2016, et afin d’assurer la sécurité des visiteurs, le domaine national de Chambord applique les mesures préventives décidées par le gouvernement pour les administrations publiques.