Création d’un potager en permaculture

dans les écuries du château de Chambord.

Dans ce projet, le Domaine national de Chambord s’appuie sur l’expertise de Charles-Hervé Gruyer, de la ferme du Bec Hellouin et les compétences de Rémi Algis, paysagiste spécialisé en permaculture.

La permaculture

Née en Australie dans les années 1970, la permaculture est inspirée des techniques de maraîchages du XIXe et XXe siècle ; la méthode repose sur une observation minutieuse de la nature et une organisation rationnelle de la terre agricole. Elle est née de ce postulat : l’artificialisation et l’industrialisation de la terre, menée par l’homme depuis des siècles, a des limites et se présente comme moins performante qu’un traitement plus naturel de la terre. S’il s’agit d’optimiser les richesses de la terre et de se fonder sur des écosystèmes naturels efficaces et performants, il s’agit aussi de créer des parcelles esthétiquement harmonieuses.

Parce qu’elle forme une réponse à des problèmes de société majeurs tels que la protection de l’environnement et de la biodiversité, la pollution mais aussi la famine, les phénomènes migratoires et l’accès à l’emploi dans les pays en voie de développement, Chambord souhaite participer à ce mouvement et se rallier activement à cette cause.

Dans ce projet, le Domaine national de Chambord s’appuie sur l’expertise de Charles-Hervé Gruyer, de la ferme du Bec Hellouin et les compétences de Rémi Algis, paysagiste spécialisé en permaculture.

 

« La permaculture représente aujourd’hui l’un des courants les plus prometteurs pour répondre aux enjeux alimentaires, écologiques et climatiques auxquels est confrontée notre civilisation ». Rémi Halgis

« Nous avons découvert que notre métier de paysans, sur un petit lopin de terre, a une incidence sur les grandes thématiques contemporaines : la sécurité alimentaire, la protection de la biodiversité, la faim dans le monde, le réchauffement climatique…» Charles-Hervé Gruyer

 

À Chambord, le potager sera aménagé au sein même des écuries du Maréchal de Saxe comme c’était le cas au XIXe siècle, alors qu’elles abritaient déjà un potager. Il s’agit de se servir de la terre de Chambord, pour accueillir des végétations et plantations nouvelles. Dans sa mission de conservatoire du patrimoine et dans un esprit d’éco-responsabilité, Chambord, écosystème fabuleux, classé site Natura 2000, entend œuvrer à la sauvegarde du patrimoine environnemental et assumer une responsabilité en matière de développement durable. Ce projet d’ensemble est celui de la réinterprétation d’une utopie à l’oeuvre dans le cadre d’un domaine à nouveau pensé comme un domaine vivrier, nourricier, productif. La permaculture ouvre une voie humaniste et révolutionnaire où l’on retrouve l’esprit de la Renaissance et de ses grandes inventions.

Photographies ci-dessous : Permaculture, de la Ferme du Bec-Hellouin partenaire du Domaine national de Chambord sur ce projet.

Le projet s’articule sur plusieurs espaces :

Restauration des écuries

Avant de réaménager les écuries, il faut restaurer les vestiges de cet ensemble classé Monuments Historiques. Du projet originel, commandé à l’architecte Jules Hardouin-Mansart, sous Louis XIV, il ne reste quasiment rien. Au XVIIIe siècle, le maréchal de Saxe fait achever les écuries afin d’y loger son régiment de cavalerie, les Uhlans. Elles n’ont conservé jusqu’à nos jours que les hauts murs qui en délimitent le pourtour.

 

Conception et installation du potager en permaculture

L’objectif est de créer un écosystème basé sur une mosaïque de niches écologiques qui permettent de produire intensément des légumes, des fruits et des herbes aromatiques sur une petite surface, en se passant le plus possible d’énergie fossile. Soigneusement dessiné, ce jardin comestible sera composé d’un dédale organisé de cultures maraîchères sur buttes permanentes et d’une basse-cour.

 

Conception et installation de salles pédagogiques

L’accueil du public scolaire et des jeunes visiteurs font partie des missions fondamentales de Chambord. L’intérêt de regrouper des salles de formation dans les écuries tient à l’accessibilité et à la commodité des espaces. Les salles serviront également pour l’accueil de séminaires de formation.

 

Village-verger de Chambord

La création d’un potager en permaculture s’intègre dans un plus vaste projet tendant à favoriser le développement de nouvelles végétations sur l’ensemble du domaine. Le village de Chambord a une tradition de village agricole qui sera remise à l’honneur avec l’intégration, au sein de cette architecture, d’une une végétation qui sera esthétique et alimentaire.

Célèbre adage des maraîchers
du XIXe siècle :
« Mieux vaut cultiver une petite parcelle intensément et avec soin qu’une grande parcelle négligemment ».

Le potager en permaculture et la plantation d’arbres sur le domaine témoignent des engagements de Chambord qui pourrait devenir une vitrine de l’agro-écologie, un territoire d’études scientifiques et d’expérimentation agronomiques. Le succès de ce projet permettrait d’en dupliquer la méthode au sein d’autres lieux de patrimoine. La dimension écologique mais aussi économique de la permaculture en fait une méthode et une démarche aisément transposable ailleurs.

 

Contact

Nous sommes à votre disposition pour établir un partenariat sur mesure.
C’est à cet ambitieux projet qui célèbre les 500 ans de Chambord que nous souhaitons vous associer.
Devenez Mécène,
entrez dans l’Histoire !

 

Contactez Cécile Anger au 02 54 50 40 26 / cecile.anger@chambord.org

Mesures de sûreté «VIGIPIRATE»

A la suite des attentats survenus en France en 2015 et 2016, et afin d’assurer la sécurité des visiteurs, le domaine national de Chambord applique les mesures préventives décidées par le gouvernement pour les administrations publiques.