Construction d’un chai

pour la vigne de Chambord

La vigne de Chambord

À un peu plus d’un kilomètre du château, au lieu-dit « l’Ormetrou », 14 hectares de vignes biologiques sont progressivement plantés depuis juin 2015.

En septembre 1519, François Ier ordonne la construction de Chambord. Entre 1518 et 1519, François Ier fait venir en Val de Loire, depuis Beaune en Bourgogne, 80 000 pieds d’un cépage qui prit ensuite le nom de Romorantin et qui subsiste aujourd’hui sur une cinquantaine d’hectares en appellation Cour-Cheverny.

À la mort de François Ier en 1547, on sait que les métairies de Chambord possédaient toutes leur clos. Il est attesté qu’au XVIIIe siècle, le château possédait une vigne d’au moins six hectares, qui devait s’étendre jusqu’à 36 hectares mais disparut le siècle suivant à cause du phylloxera, comme ce fut le cas pour de très grandes surfaces de vignes en France.

En 2015, dans sa mission de conservatoire du patrimoine et dans un esprit d’éco-responsabilité, le Domaine national de Chambord a pris la décision de replanter des cépages anciens : quatre hectares de Romorantin issus de plants pré-phylloxériques et deux hectares d’Arbois ou menu Pineau. Du Pinot noir (quatre hectares) et du Gamay (0.7 hectares) ont également été plantés pour faire du Cheverny en assemblage, ainsi que du Sauvignon
(trois hectares).

Pour la vinification, Chambord a choisi comme partenaire Henry Marionnet, spécialiste des cépages anciens et du vin naturel, implanté en Sologne viticole depuis plusieurs générations.

À l’issue des premières vendanges en septembre 2018, les premières bouteilles seront vendues en mars 2019 et formeront donc la cuvée des
500 ans de Chambord.

Le premier chai d’architecte du Val de Loire

Jean-Michel Wilmotte

Jean-Michel Wilmotte

Ces 14 hectares de vignes biologiques produiront environ 70 000 bouteilles et devraient rapporter un million d’euros de revenu net par an.

Afin de vinifier ce vin dans les meilleures conditions, la construction d’un chai a été confiée à l’architecte . Ce chai sera le premier chai d’architecte du Val de Loire ; il contribuera à la mise en valeur de ce magnifique territoire viticole. La construction du chai sera accompagnée de la conception, dans le corps de ferme, d’un hébergement destiné à favoriser l’oenotourisme. Un lieu consacré à la dégustation et à la vente sera aménagé dans les granges adjacentes. À vue du château, adossé au mur d’enceinte, le site de l’Ormetrou jouit d’un emplacement exceptionnel.

Un projet respectueux du paysage

Le chai prévu s’intègre au paysage de Chambord. Les bâtiments construits répondront aux meilleures exigences en termes d’impact environnemental aussi bien dans la gestion de l’énergie et de l’eau que dans le choix des matériaux.

Dans ce contexte, priorité est donnée à la correspondance des bâtiments avec leur environnement : la ferme de l’Ormetrou, les vignes, une nature vivrière et rurale, la forêt ainsi que le monument. L’accent portera donc sur l’intégration dans le site, la végétalisation des espaces extérieurs, le choix des matériaux et la sobriété énergétique.

La défense du patrimoine immatériel de Chambord

Le chai est juridiquement indispensable pour l’élaboration dans la propriété, d’un vin portant le nom de Chambord. Le projet de vignoble de Chambord est un élément essentiel dans la stratégie de défense et de valorisation de son patrimoine immatériel.

En effet, le caractère exceptionnel de Chambord et sa dimension onirique n’ont pas inspiré que les artistes. De nombreuses entreprises à travers le monde utilisent son nom et son image pour promouvoir leurs produits les plus divers, la plupart du temps sans autorisation ni lien de cohérence avec le domaine.

Or, la marque Chambord possède un caractère distinctif très élevé en raison de son ancienneté historique, de sa notoriété auprès du public national et international et de l’image du monument éponyme. Des produits confectionnés à partir des ressources naturelles du domaine sont d’ores et déjà proposés à la vente sous la marque « Château de Chambord » notamment les tonneaux en chêne de Chambord. Dès 2019, le vin produit sur le domaine rejoindra cette gamme, avec le double objectif de défense du patrimoine immatériel et de développement des ressources propres. Cette exploitation de la marque et du vin devraient permettre de dégager des revenus additionnels qui participeront à la réalisation de l’objectif que le domaine s’est fixé en matière d’autofinancement (100 % en 2020), qui atteint à ce jour 90.4 % sur le fonctionnement de l’établissement.

Objectifs

  • Développer des ressources propres
  • Conserver des cépages anciens
  • Faire de Chambord un ambassadeur des vins de Loire
  • Défendre le nom et la marque de Chambord.

Contact

C’est à cet ambitieux projet qui célèbre les 500 ans de Chambord que nous souhaitons vous associer.
Devenez Mécène,
entrez dans l’Histoire !

Contactez Cécile Anger au 02 54 50 40 26 / cecile.anger@chambord.org

Mesures de sûreté «VIGIPIRATE»

A la suite des attentats survenus en France en 2015 et 2016, et afin d’assurer la sécurité des visiteurs, le domaine national de Chambord applique les mesures préventives décidées par le gouvernement pour les administrations publiques.